Voyager sans plastique

voyager sans plastique

Voilà déjà près d’un mois et demi que nous sommes partis à l’aventure pour un tour du monde sans avion (ni billet de retour) ! Pour vous resituer, j’écris cet article de notre petit balcon baigné de lumière en Lituanie (voilà, comme ça vous me détestez tous).

Nous avons choisi de privilégier le train et le bus, deux moyens de transport plus écologiques, afin de limiter notre empreinte carbone et l’impact de notre voyage sur l’environnement. Car voyager n’est pas anodin, et nous en prenons d’autant plus conscience depuis notre départ. Le voyage amplifie toutes les sphères de la consommation et la production de déchets. Limiter son impact demande un effort de tous les instants, mais nous croyons qu’il en vaut la peine.

Soucieux depuis longtemps de réduire autant que faire se peut notre consommation de plastique, nous avions mis au point toutes sortes de stratégies qui nous convenaient très bien à la maison. Nous avions une cuisine et une salle de bain zéro déchet, nous n’achetions plus d’aliments emballés sous plastique, nous avions notre petit marché hebdomadaire… Bref, notre routine était bien en place et tout fonctionnait comme sur des roulettes !

Mais figurez-vous que le voyage supprime la notion même de routine ! Et avec elle toutes ces stratégies bien installées, devenues faciles par la répétition. Voyager sans plastique a donc été l’une de nos principales préoccupations depuis notre départ car, pour ne rien vous cacher, ce n’est pas évident. Il faut être alerte, stratège et accepter l’idée de ne pas être parfait. Accepter l’idée que nous aurions sûrement mieux fait si nous étions restés chez nous, mais que le principal aujourd’hui est de faire de notre mieux.

voyager sans plastique

À mettre dans le sac-à-dos pour voyager sans plastique :

Le voyage entraîne une consommation de plastique supérieure parce qu’il entraîne une consommation supérieure. On est davantage amenés à prendre un verre en terrasse, à manger au restaurant ou sur le pouce, à faire des pique-niques, à pratiquer de nouvelles activités… Parce que tout est nouveau, les sollicitations sont plus nombreuses qu’à l’ordinaire.

Et, aussi, parce que tout est nouveau, il faut être davantage sur le qui-vive : vous ne connaissez pas les habitudes de ce bar ou de ce restaurant, vous ne savez pas s’il y aura des solutions zéro-déchet dans l’endroit que vous allez visiter. Alors la solution, c’est d’anticiper au maximum. De se charger un peu plus, certes, mais d’avoir des combines qui vous permettent de répondre le mieux possible à toute éventualité.

Voilà ce que nous avons pris dans nos sacs à dos pour voyager sans plastique :Une gourde, of course ! L’élément indispensable pour limiter sa production de déchets plastique selon moi. Ce conseil est évidemment aussi à mettre en pratique dans la vie de tous les jours pour éviter d’acheter des bouteilles plastique à foison (qui, puisqu’on ne le dit jamais assez, ne se recyclent pas à l’infini et contribuent massivement à la pollution des sols et des eaux) ! Filtrez votre eau si vous le souhaitez, mais essayez de changer cette habitude avant toutes les autres. Plus facile à dire qu’à faire, je sais, je suis passée par là.

Un purificateur d’eau comme le Lifestraw Mission que nous avons emmené avec nous. Si vous voulez éviter les bouteilles en plastique dans les pays où l’eau qui sort des robinets n’est pas potable, il est aussi indispensable. Il permet de filtrer les bactéries et les virus présents dans l’eau et la rend ainsi potable. C’est une solution mise en place et inventée en premier lieu pour les populations des pays où l’eau potable manque. Le Lifestraw Mission permet de filtrer les virus, ce qui n’est pas le cas des autres purificateurs d’eau qu nous avons pu trouver qui se contentent de filtrer des corps plus gros comme les bactéries. Attention donc à ce que vous choisissez en fonction des endroits que vous fréquentez.

Des contenants alimentaires. Choisissez-les légers et qui s’empilent les uns sur les autres pour limiter leur place et leur poids dans le sac à dos. Ils pourront vous servir à la fois d’assiettes et de stockage pour la nourriture. Vous pourrez ainsi éviter des emballages inutiles au marché ou lors d’un repas à emporter. Les bee wraps sont aussi très pratiques pour emballer de la nourriture sans déchet !

Des couverts. Ça ne prend pas de place et vous en aurez souvent besoin ! Par exemple à chaque fois que vous achèterez quelque chose à emporter et que le restaurant n’aura que des couverts en plastique à vous donner.

Sacs de courses en tissu. Ils servent à tout, et notamment à mettre un peu d’organisation dans le sac à dos. Et ils servent aussi, et surtout, à acheter des légumes ou des céréales en vrac dans les marchés ou petits magasins de bio ou de producteurs.

Des cosmétiques solides. Shampoing, savons, dentifrice, pain de rasage, baume pour le corps… Nous avons privilégié au maximum des cosmétiques sans plastique de chez Lamazuna ou Pachamamaï qui ont en plus l’avantage de peser moins lourds, d’être plus économiques et de durer plus longtemps. Laissez tomber les formats voyage de vos gel douche favoris ! Nous utilisons aussi des brosses à dent en bambou depuis des années dont nous sommes très contents.

Protections menstruelles zéro-déchet. Eh oui, quand on est une femme, cette thématique est évidemment importante. J’utilise depuis plus de 10 ans des protections zéro-déchet (cup, serviettes lavables de chez Dans ma culotte, culotte de règle) et je n’y vois que des avantages.

Habitudes à mettre en place pour voyager sans plastique :

  • Repérer les marchés de producteurs. Rien de tel pour faire des courses zéro-déchet, saines et de saison et qui rémunèrent, en plus, les bonnes personnes ! Ce n’est pas toujours facile de les localiser et de tomber le bon jour, et surtout si on reste moins d’une semaine dans une même ville, mais l’effort de recherche est largement récompensé quand on peut se cuisiner de bonnes pommes de terre polonaises avec un sauté de champignons !
  • Trouver les magasins bio s’il y en a ou les magasins de vrac. Souvent de précieux alliés pour vos courses zéro-déchet, même s’ils sont d’autant plus difficiles à trouver que vous vous éloignez des grandes villes et des pays de culture dite « occidentale ».
  • Préciser systématiquement que vous ne voulez pas de paille quand vous commandez un jus ou un cocktail, et dès la commande ! Si vous êtes un accro des pailles, vous pouvez toujours emmener avec vous une paille en métal !
  • Toujours demander un cône à la place d’un pot pour votre glace (et laisser cette option pour les intolérants au gluten) !
  • Toujours avoir de quoi manger dans son sac à dos, comme une boîte de conserve par exemple, qui permet d’éviter de se retrouver contraint d’opter pour une solution 100% plastique de la petite supérette du coin.
  • Eviter les vêtements synthétiques. Je vous en parlais ici, porter des vêtements en fibres naturelles est une habitude à prendre dont on parle peu mais qui a pourtant un véritable impact sur la pollution plastique des océans.

Faire de son mieux

Je ne pouvais pas conclure cet article sans ce paragraphe. Nous vivons dans un monde de plastique, et les pièges et sollicitations sont nombreux. Personne ici ne parle d’être parfait, simplement de faire de son mieux. Faire de son mieux, pour moi, commence par être conscient de ce que l’on consomme. C’est apprendre, c’est faire des efforts, c’est chercher des alternatives, essayer de repenser ses habitudes.

Depuis notre départ, et malgré nos efforts, nous avons acheté du plastique : des biscuits, du muesli, des galettes de riz… j’ai même eu une paille dans mon jus de carotte hier ! Nous ne sommes pas parfaits, mais nous faisons au mieux. Et je vous invite à faire de même !

Quelles sont vos astuces, à vous, pour voyager sans plastique ?

*** Céline ***

Si vous avez apprécié la lecture de cet article, partagez-le :

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires sur “Voyager sans plastique

  1. Hello, merci pour cet article et pour les efforts que vous faites au quotidien. Je pars en voyage pendant 11 mois et je compte bien mettre en application tous tes conseils. Je partage votre préoccupation de faire de son mieux en matière d’écologie et de zéro déchet (quand on sait, ne rien faire n’est pas acceptable). Bon voyage !

    1. Contente que ça te soit utile ! Tu pars où ?

  2. Je garde ton article dans un coin de mon ordinateur car je prépare un loooong voyage à vélo et il me sera utile 🙂 Merci ! 🙂

    1. Oooh génial ! Tu connais déjà le trajet ? On aimerait beaucoup faire quelque chose à vélo un jour nous aussi !

  3. Merci pour ce superbe article ! Je vais me garder précieusement dans mes liens indispensables au voyage !!! Bonne route !

    1. Super contente que ça puisse t’être utile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *