Décryptage des labels

Que garantissent tous ces labels mode éthique ? Peut-on leur faire confiance ? Le monde de la mode ne fonctionne malheureusement pas encore comme l’industrie cosmétique avec des labels clairement identifiés et généraux, il faut donc composer avec ce qu’il y a à notre disposition sur les fameuses étiquettes qui grattouillent dans le cou…

Certains garantissent des conditions de travail justes et encadrées, d’autres s’intéressent à l’impact environnemental des procédés de fabrication, d’autres encore assurent la non-toxicité du produit fini.

Passons au décryptage des principaux labels mode éthique rencontrés sur nos étiquettes…

Labels mode éthique – Éthique, impact environnemental & Toxicité

GOTS

Le label GOTS (Global Organic Textile Standard) est le label le plus poussé et le plus exigeant dans l’industrie textile, mais il ne sert à certifier que les textiles biologiques et donc issus de fibres naturelles, comme le coton ou le lin par exemple. Un vêtement certifié GOTS dispose de garanties sociales et environnementales strictes sur toute la chaîne de production, de la graine semée au produit terminé.

Ses garanties :

  • Utilisation de fibres naturelles certifiées biologiques (minimum 70% du tissu)  
  • Procédés de production et de transformation respectueux de l’environnement
  • Respect des conditions de travail définies par les conventions de l’Organisation internationale du Travail (respect des droits des salariés, salaires justes, liberté syndicale, sécurité sanitaire, pas de travail des enfants, pas de travail forcé et horaires de travail décents, etc.)
  • Absence d’utilisation d’intrants dangereux comme les métaux lourds toxiques, les solvants aromatiques, etc.

Bon à savoir : Si le label GOTS est apposé sur une étiquette, c’est que le vêtement fini a bien coché toutes les cases garanties par la certification. S’il n’y a pas le label et que la marque communique sur du « coton bio labellisé GOTS » par exemple : méfiance ! Une marque peut très bien acheter du coton biologique certifié et le transformer en T-shirt dans des usines aux conditions de travail douteuses. C’est souvent ce qui se produit dans les collections « Green » des grandes enseignes de fast fashion.

Si l’organisme GOTS rappelle bien qu’il est interdit d’« utiliser le logo GOTS ou une référence à une certification GOTS sur le vêtement fini si la certification GOTS est uniquement valide pour des étapes intermédiaires ou pour des composants spécifiques du produit », il s’agit tout de même d’une pratique que l’on retrouve fréquemment.

Global Recycled Standard

Le label Global Recycled Standard (GRS) s’intéresse avant tout à la mise en avant des matières recyclées, mais s’appuie également sur des critères environnementaux et sociaux.

Ses garanties :

  • Le vêtement est constitué au minimum de 50% de matière recyclée
  • Usage contrôlé de l’eau et de l’énergie et impact carbone contrôlé
  • Respect des conventions de l’Organisation internationale du Travail
  • Absence de substances classées dangereuses pour l’environnement et / ou la santé humaine par la législation REACH

Certification B Corp

B Corp est une certification qui concerne la démarche globale d’une entreprise sur les questions sociales et environnementales. Elle ne labellise donc pas un produit en particulier, mais l’engagement et les efforts d’une marque.

En plus de critères stricts sur les pratiques de l’entreprise, la question porte avant tout sur sa raison d’être et sa mission. Cherche-t-elle à avoir un impact positif et à être, non pas la meilleure entreprise du monde mais la meilleure entreprise pour le monde ?

Labels mode éthique – Éthique

Fair Wear Foundation

La Fair Wear Foundation est une fondation indépendante qui travaille en collaboration avec les entreprises adhérentes pour améliorer et assurer des conditions de travail justes et équitables dans l’industrie textile.

Elle travaille à garantir le respect des conditions de travail définies par les conventions de l’Organisation internationale du Travail (respect des droits des salariés, salaires justes, liberté syndicale, sécurité sanitaire, pas de travail des enfants, pas de travail forcé, horaires de travail décents, etc.) et impose des relations de travail juridiquement déclarées.

Il ne s’agit donc pas d’un label apposé pour valider des pratiques, mais plutôt d’un témoin de l’engagement de la marque pour davantage d’éthique sur ses lignes de production.

Max Havelaar

Vous avez certainement déjà vu ce label sur l’emballage de votre tablette de chocolat ou de vos sachets de thé. Il certifie que les matières premières ont été cultivées et récoltées dans les règles du commerce équitable. Le label Max Havelaar ne certifie donc pas le vêtement fini, mais seulement la reine des fibres de l’industrie textile : le coton.

Ses garanties :

  • Coton cultivé et ramassé par une exploitation familiale
  • Respect des conventions de l’Organisation internationale du Travail
  • Prix minimum garanti aux producteurs, en cas d’effondrement des prix
  • Prime de développement versée en plus du prix d’achat du coton
  • Absence de cultures OGM (mais pas des pesticides !)

Origine France garantie

Il s’agit d’une véritable garantie contre le « faux » made in France. L’obtention de la certification se fait sur deux critères cumulatifs que les entreprises doivent nécessairement satisfaire :

  • Plus de 50% du prix de revient du vêtement doit avoir été dépensé en France
  • Le vêtement prend ses caractéristiques essentielles en France, c’est-à-dire qu’a minima la confection intervient en France. Ajouter un bouton ou une braguette à un pantalon ne suffit pas !

Entreprise du Patrimoine vivant

Le label Entreprise du Patrimoine Vivant est une marque de reconnaissance de l’État mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.

Pour être labellisées, les entreprises doivent détenir un savoir-faire rare reposant sur la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité.

Labels mode éthique – Éthique animale

Peta

Ce label est attribué par PETA, une association internationale à but non lucratif dont le but premier est de protéger le droit et la dignité des animaux. Cette certification garantit que les vêtements certifiés ne contiennent aucune matière animale (laine, cuir, soie, etc.).

Bon à savoir : la certification PETA est déclarative, ce qui signifie que les marques remplissent une « déclaration d’assurance » attestant que les vêtements ne contiennent aucune matière animale. Aucun audit n’est effectué par PETA. Cette certification peut ne s’appliquer qu’à certains produits de la marque.

Labels mode éthique – Impact environnemental et toxicité

Cradle to Cradle

Le label Cradle to Cradle s’intéresse avant tout à la circularité des ressources et concerne prioritairement des vêtements qui sont dès le départ conçus et pensés pour valoriser leur fin de vie. Il existe 5 niveaux de certification (Basic, Bronze, Silver, Gold et Platinum), forcément indiqués sur l’étiquette.

Ses garanties :

  • Le vêtement est conçu de telle façon qu’il ne constitue pas un déchet, mais une future ressource (facilité de désassemblage, choix de la matière, etc.)
  • Absence de substances dangereuses pour la santé
  • L’impact carbone de la fabrication du vêtement est nul ou largement réduit par l’utilisation de sources d’énergie renouvelables
  • Absence de pollution de l’eau et de gaspillage de cette ressource
  • Minima sociaux garantis

Bluesign

Le label Bluesign n’est pas apposé après audit sur un produit ou une entreprise pour garantir tout un ensemble de critères, mais correspond davantage à une preuve que la marque est engagée dans une réelle réflexion sur l’impact à la fois social et environnemental de l’ensemble de sa chaîne de production. Elle n’est pas forcément parfaite, mais elle essaye !

En adoptant la norme Bluesign, une entreprise affirme sa volonté de se lancer dans une démarche de transparence et d’amélioration continue avec l’aide du réseau Bluesign qui recense et travaille avec des ateliers de production à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement textile. Ces ateliers répondent à des critères stricts et en constante évolution :

  • Absence de substances dangereuses pour la santé et l’environnement
  • Usage raisonné et restreint des ressources énergétiques et des matières premières
  • Impact carbone limité et absence de pollution des sols et des eaux
  • Santé des travailleurs sur leur espace de travail

Labels mode éthique – Impact environnemental

Better Cotton Initiative

L’association BCI est à l’initiative de WWF en collaboration avec de grandes enseignes de la mode (Adidas, Gap Inc., H&M, etc.). Elle établit des bonnes pratiques que ses membres s’engagent à mettre en place avec le temps pour une culture plus écoresponsable du coton (réduction des pesticides et de la consommation d’eau, qualité des sols de culture, etc.). Better Coton Initiative ne donne aucune garantie de réalisations et il n’existe pas de critères pour mesurer l’atteinte des objectifs. Peut mieux faire…

EU Ecolabel

L’EU Ecolabel n’évalue pas la composition ni l’origine du produit, mais son impact environnemental tout au long de sa durée de vie : extraction des matières premières, fabrication, distribution, et même recyclage ou élimination.

Le cahier des charges s’intéresse notamment à l’usage des produits dangereux pour la santé et l’environnement, à la gestion de l’eau et des déchets toxiques. Il garantit que l’impact environnemental du cycle de vie des produits est réduit par rapport aux autres produits similaires sur le marché.

Labels mode éthique – Non-toxicité

OEKO-TEX Standard 100

Le label Oeko-Tex Standard 100 est plutôt répandu dans l’industrie textile, et assure la non-toxicité des éléments testés. Il peut certifier le vêtement final et complet, ou seulement un ou des éléments entrant dans sa fabrication : matière première, teintures et autres substances utilisées, boutons, zips, broderies, etc.

Le label garantit que le vêtement ne représente pas de danger pour la santé du consommateur.

Bon à savoir : Oeko-Tex propose aux entreprises de participer au programme « MADE IN GREEN » permettant au consommateur d’avoir une visibilité totale sur les étapes de production du vêtement : les pays dans lesquels elles se déroulent, les produits chimiques entrant dans sa fabrication, etc. Dans le cas où la marque se prête au jeu, signe d’une grande transparence, un numéro à saisir sur le site d’Oeko-Tex ou un QR code est présent sur l’étiquette du vêtement.

OEKO-TEX Leather Standard

Le label Oeko-Tex Leather Standard certifie la non-toxicité des vêtements ou accessoires en cuir (gants, sacs à main, ceintures, etc.). Le cuir étant soumis à beaucoup de traitements chimiques et procédés toxiques, la certification repose spécifiquement sur l’absence de ces substances dangereuses pour la santé, selon un cahier des charges strict et un catalogue de plusieurs centaines de produits chimiques évoluant avec les connaissances scientifiques.

J’espère que ce récap vous aidera à y voir plus clair !

*** Céline ***

Si vous avez apprécié la lecture de cet article, partagez-le :

8 commentaires sur “Décryptage des labels

  1. Merci Céline pour cet article, cela aide à y voir plus clair 🙂

  2. Hello 🙂 Un immense merci pour cet article hyper complet et tout à fait clair. Je suis actuellement en train de bosser sur les labels cosmétiques (et c’est déjà un tout petit peu moins le binn’s) et n’étant pas très à la page dans tout ce qui est textile et habillement, tu me sauves la vie – je comprends mieux ce petit monde interlope 😉

  3. Mais tous ces labels sont payants non ? C’est dommage parce qu’au final, les petites marques qui sont éthiques et fabriquées en France ne peuvent pas en bénéficier car elles ont souvent une petite trésorerie, et pourtant ça les mettrai en avant et ce serait plus simple de les trouver ! Enfin, sauf si je me trompe…

    1. Tu as tout à fait raison ! Ces labels sont payants et coûtent chers pour certains ! C’est comme en cosmétique : c’est une aide indéniable pour le consommateur mais toutes les marques ne peuvent pas se le permettre.

  4. Merci beaucoup pour cet article 🙂

    Le label oeko tex 100 n’assure pas forcément le respect des conditions de travail ?

    1. Hello !
      Eh non, le label Oeko-Tex ne donne pas de garantie sur les conditions de fabrication…

      1. Merci beaucoup pour votre réponse 🙂

  5. Merci pour tous ces précieux renseignements qui éclairent tant de choses sur le sujet… C’est vrai qu’il faut être attentif et exigeant, et ne pas se laisser duper par certains greenwashing ! Ce n’est pas toujours évident… Alors merci pour ton travail, qui m’aide grandement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *