Cher papa,

ecriture lettre

Cher papa,

14 juillet 2017. Ce soir il y aura certainement un rassemblement sur la plage de Moliets pour contempler le feu d’artifice. Avec un peu de chance il n’y aura pas de pluie et il fera même bon. C’est un chouette spot pour regarder ces fusées éclater en mille couleurs. Il y a l’odeur de la mer, et le bruit des vagues. Les acclamations d’enfants et commentaires d’experts habituels. Des mains qui se tiennent.

Petit, tu pensais que ce rassemblement, ces fusées qui éclatent, ce doux moment, c’était pour toi. Tu avais effectivement bien choisi ta date pour arriver, petit malin.

À en croire mamie, malin tu l’as toujours été. Malicieux aussi. Je crois d’ailleurs que nous avons tous hérité de ce petit brin de malice. Avec les yeux, c’est l’un des traits qui nous rassemble tous les cinq. Il y a peut-être aussi cette peur de faire du bruit et de se faire remarquer. Pour vivre heureux, vivons cachés. Et dieu sait que cet adage nous colle à la peau…

Maître des « Tu sais ce que j’en pense », les grands discours n’ont jamais été ceux que tu préférais. Insondable et mystérieux, tu as pourtant tissé avec chacun de nous un lien unique et très fort. Je crois que nous cherchons tous à avoir ton aval et à te rendre fier. Je crois même que beaucoup de nos décisions sont élaborées pour ne pas te décevoir.

L’amour, comme les mots, a toujours été sous-entendu. Je n’ai jamais eu peur d’en manquer. Nos escapades en VTT sur les chemins sablonneux avec la grenadine dans le bidon, la cueillette des haricots verts, ta passion pour la musique qui m’a tant apporté, nos lectures du soir comme un rituel précieux. Rémi sans famille n’aura jamais meilleur narrateur, et l’histoire n’aura jamais été si jolie et gaie.

Peut-être que ça te permettait de t’échapper. En tout cas, ce sont ces petites choses qui ne m’ont jamais permis de douter de ma place dans la famille. Car les théoriciens sont formels : difficile pour une sœur de trouver une place quand ses frangins sont atteints d’une maladie méconnue et incurable. D’autant plus quand cette maladie implique de réinventer une vie, de soulever des montagnes avec peu de bras volontaires et de tout investir : du temps, des larmes, de l’espoir, et de l’amour surtout. Tout votre amour.

Il faudrait être fou pour ne pas comprendre que cette aventure, c’est une histoire d’amour.

C’est à vos côtés que j’ai appris à aimer inconditionnellement. Ce que vous avez fait, vous l’avez fait pour les frangins. Puis pour les autres enfants malades. Et comme si votre capacité à aimer était infinie, j’ai eu ma dose d’amour moi-aussi. Je n’ai pas été oubliée.

Quand on est sœur de, on a parfois tendance à penser qu’on ne mérite pas cette attention, on s’en veut d’aller bien. Je n’ai pourtant jamais eu l’impression de voler votre amour ou votre temps. Je sais très bien que ce que vous m’avez donné n’était pas dû, mais une véritable chance. La chance de ne pas avoir à m’excuser pour mon génome apparemment sain. La chance de ne pas avoir à justifier ma valeur alors que je n’ai pas eu à me battre. La chance d’avoir un espace pour exister.

Ou presque.

Cet espace, je l’ai volontairement réduit pour prendre le moins de place possible. Car cette aventure, cette belle histoire d’amour, elle vous a fatigués. Beaucoup.

Il n’y a donc jamais rien eu à dire sur mon parcours. Première de la classe, polie et bien élevée, sans un mot de travers. J’étais là où on voulait que je sois, je disais ce qu’on voulait que je dise. J’avais horreur d’affirmer mes idées. J’aurais même voulu être bonne en basket !

Ne pas faire de vagues était ma façon de me rendre utile. Je crois que ça a réellement aidé. Être lisse et toujours obéissante, ça m’allait comme un gant. « Si tu t’y mets toi aussi… » m’as-tu déjà rétorqué…

J’ai vécu mon départ de la maison comme un déchirement. J’ai eu l’impression de vous abandonner, de fuir. Et puis j’ai volé de mes propres ailes, comme on dit. J’ai pu les déployer. Bien grand. J’ai pris tout l’espace qui m’était disponible parce que je ne risquais plus d’ennuyer personne.

Et quand je suis rentrée, les coins ont eu un peu de mal à passer (« Et le foie gras ? Tu manges encore du foie gras quand même ? ») mais ça a globalement été. Même si tu ne comprends pas tout, même si tu regrettes parfois, peut-être, la petite fille à qui tu lisais des histoires, je suis sûre que tu as toujours préféré celle qui faisait des entrechats dans son coin au lieu de courir sur le terrain de basket.

J’en suis sûre. Tu imagines la chance que j’ai ? J’en suis sûre… Je sais que tu n’attends pas de moi que je sois parfaite, mais que je sois parfaitement moi-même. Dans tes désaccords, parfois railleurs, tu es d’une grande tolérance.

Parce que c’est ça, au fond, l’amour inconditionnel.

Merci pour tout papa, et bon anniversaire !

Céline

Peu importe où il se trouve ou qui il est, si vous le connaissez ou non, avez-vous déjà pensé à écrire à votre papa ?

Si vous avez apprécié la lecture de cet article, partagez-le :

Rendez-vous sur Hellocoton !

13 commentaires sur “Cher papa,

  1. Magnifique lettre à ton papa…
    Et vous semblez former une très jolie famille!
    Comme toi, j’ai ressenti un jour le besoin d’être une lettre à mon papa. Il ne l’a jamais lue car elle est sur le blog et pas dans ses mains. Mais rien que le fait de poser des mots fait beaucoup de bien…

  2. Belle lettre … En lisant la date et le « cher papa », j’ai eu un peu peur de ce que j’allais lire, mais finalement c’est une lettre touchante et pleine de belles pensées, le tout très bien écrit. Ton père peut être fier de toi !
    Je n’ai jamais trop écrit à mon père, mais je lui parle quand j’ai des choses sur le coeur 🙂

  3. J’espère que ton papa a mu cette magnifique déclaration 😍J’aimerais tant que le mien puisse lire mes mots… Tu peux être fière de toi!!

    J’ai qiand même une petite question à force de lissage, il n’a pas été trop dur de te retrouver? Toi, la vraie toi avec tes envies à toi et tes propres besoins? J’ai parfois l’impression de m’etre perdue en route…

  4. J’ai lu deux fois ta lettre et cela m’attriste car la mienne serait un peu differente.
    La première fois que j’ai écrit une lettre à mon père, j’ai préféré de pas l’envoyer.
    La deuxième fois que j’ai écrit cette fois à mes parents, je l’ai bien envoyé mais je n’ai pas eu de réponse …
    Les relation familiales sont parfois bien compliquées. J’ai pensé pour la fête des pères tenter une troisième lettre, mais je n’ai pas trouver les mots… un jour, peut-être

  5. J aime toujours te lire car tu as une vrai plume. .mais là quelle jolie lettre… passé le bonjour à tte ta famille. .bises
    Catherine, la maman de Val

  6. Je comprends mieux que quiconque ce que tu as écris, j’ai vécu une histoire similaire pour les mêmes raisons ! Tu le formule si bien, c’est un bel hommage ! La culpabilité qu’on ressent quand on les laisse, eh bien la meilleure manière de ne les accabler c’est de la leur faire porte après tant d’années. Elle vient de nous, cette culpabilité d’avoir échappé à ce sort qui nous maintien enfermé, j’ai mis du temps pour m’en rendre compte !

  7. C’est un très bel article ! Ta plume est vraiment agréable à lire, et nous amène à ressentir tout ce que tu racontes, même si de mon côté je ne peux qu’essayer d’imaginer… bref, c’est une belle lettre à ton père !

  8. j’ai connu votre père en 2001 au camp d’été 2001,c’est un brave homme

    il a su donner de l’amour a sa famille et au enfants atteints de xp

    avec l’aide de votre mère.

    je suis très ému

    joyeux anniversaire.

  9. Très jolie lettre qui m’a émue aux larmes… j’aimerais pouvoir en dire autant à mon père si nous avions été plus proches ^^

    Un très bon anniversaire à ton papa et très bonnes vacances en famille 🙂

  10. Tu m as tiré des larmes chez sœurette… nos discussions résonnent dans mon cœur et dans ma tête… j’entends tes mots, j’entends les miens….
    Papa a aussi droit à son défilé ce matin… 🙂

  11. Quel magnifique article ! 😍 il n’y a pas plus beau que des mots écrits avec le coeur ❤ Chaque année je lui écrit un petit mot qui vient du coeur aussi pour son anniversaire car il a tant compté pour moi dans ma vie que j’aime à lui rappeler et chaque fois ses yeux brillent comme si c’était la première fois. N’oublions jamais de dire à ceux qu’on aime combien ils sont importants pour nous. Merci pour ce bel article miss et quel courage tu as eu, tu as une belle personnalité 🙏💕

  12. Très beau message 😉😃
    Bisous à toute la famille et bon anniversaire à Bernard 😉

  13. Tu écris tellement bien ! Superbe article qui m’a émue 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *