Le prix de tout et la valeur de rien

Le prix de tout et la valeur de rien - mode ethique

Le prix, la marge et la valeur

Je suppose que tout le monde ici connaît le prix d’un pain au chocolat en boulangerie (on dit chocolatine en vrai, mais je vous laisse le bénéfice du doute) ? Entre (10 cts et 15 cts) 1€ et 1.5€ environ…

Et si on vous donnait la possibilité de donner ce que vous vouliez ? Si vous étiez pragmatique, je suppose que vous feriez une évaluation globale en sommant le coût des ingrédients (sucre, farine etc.), un peu d’électricité pour le four, et un peu pour ce qui représente les charges fixes de la boulangère (le loyer, l’assurance etc). Le chiffre que vous annoncez alors correspond au coût du pain au chocolat. Allez, disons 50 centimes… Cette différence entre le prix et le coût, c’est la marge de la boulangère. Elle va s’en servir pour se verser un salaire, mais également pour investir dans un meilleur four, pour recruter un employé qui pourra l’aider à tenir la boulangerie le samedi matin, ou pour fleurir la terrasse… Cette marge permet à la boulangère de pérenniser son affaire.

Marge = Prix – Coût

Supposons maintenant qu’en plus d’être pragmatique, vous êtes doté de sensibilité (quelle chance !). Peuvent alors entrer dans l’équation le sourire et la gentillesse de la boulangère, ou le fait qu’elle utilise des denrées locales ou biologiques pour la préparation de ses pains au chocolat, ce que vous avez envie de valoriser. A l’inverse, si la boulangère n’est pas sympathique et que les pains au chocolat ont l’air d’être de la veille, vous sanctionnez. Le chiffre que vous annoncez alors correspond à la valeur du pain au chocolat. Cette valeur est subjective, c’est la vôtre. Elle correspond au coût du pain au chocolat, augmenté d’un supplément d’âme et diminué des éventuels heurts à votre sensibilité.

Valeur = Coût + Supplément d’âme – Heurts

A moins que vous ne soyez dans une frénésie d’achat compulsif ou dément (au choix), il faut nécessairement que le prix d’un bien soit inférieur ou égal à la valeur que vous lui accordez pour vous convaincre de l’acheter.

On connaît le prix de tout mais la valeur de rien

Le prix à payer pour des prix bas

Dans la mode, vous vous en doutez, c’est la même histoire. Le problème est que, on a beau être nul en pâtisserie, on arrive quand même plus ou moins à imaginer ce qui entre en compte dans le calcul de la valeur d’un pain au chocolat. C’est plus difficile de se le représenter pour un jean. Pas étonnant d’ailleurs que l’on n’ait pas la moindre idée des différentes étapes de fabrication, voilà belle lurette qu’elles sont délocalisées à l’autre bout du monde1Si l’envie vous prend de combler vos lacunes, allez donc voir cette jolie vidéo de la très chouette marque de denim suédoise Nudie Jeans qui propose des jeans en coton bio. De la récolte du coton jusqu’à l’emballage, on se rend bien compte que notre jean préféré est passé entre de nombreuses mains avant d’arriver jusqu’à nous ! !

Vont entrer dans le coût de ce jean les matières premières, les salaires des ouvriers et des designers, le coût du transport, le coût amorti des machines, les campagnes de communication de la marque… tout un ensemble d’éléments qui vont alors permettre à la marque de fixer un prix en fonction de son positionnement (haut de gamme, milieu de gamme, bas de gamme).

Ce prix est un critère de décision essentiel. Achètera, n’achètera pas ? Il est parfois même décisif : « À ce prix-là, pourquoi s’en priver ? ». Il est tellement important pour nous que nous sommes constamment en train de chercher les meilleures affaires. Au détriment de la valeur. Car si nous acceptons l’idée qu’un joli design est un supplément d’âme et mérite un prix plus élevé, nous rejetons en bloc, sûrement inconsciemment, l’idée que notre achat participe à une économie lourde de conséquences pour les hommes et la planète. L’industrie de la mode a réussi à nous faire oublier le prix à payer pour des prix bas. Les heurts. Ces heurts qui, si nous prenions conscience de leurs impacts, nous feraient certainement réfléchir à deux fois avant d’acheter ce jean à 30€.

Lorsque l’on commence à acheter avec raison, on se rend vite compte que les prix proposés dans les grandes enseignes conventionnelles sont largement supérieurs à la valeur que l’on accorde au produit : ouvriers sous-payés et conditions de travail insalubres et dangereuses, travail des enfants, pollutions des eaux et des sols, transport et dégagement de CO2 (un jean peut parcourir jusqu’à 65 000 km, soit une fois et demie le tour de la planète, avant d’arriver chez vous), durée de vie du vêtement réduite… Ça en fait des choses qui heurtent ma sensibilité !

prix de tout valeur de rien

You decide

Le supplément d’âme entraîné par cette coupe bien sympa et ce design bien pensé est bien maigre comparé à tout ça… Surtout quand on sait qu’il existe une myriade de marques qui s’attachent à réduire leur impact, tant humain qu’environnemental. Alors, bien sûr, les prix proposés par ces marques responsables sont plus élevés… Mais qu’en est-il du ratio Prix / Valeur ? Ou pour les allergiques aux mathématiques : est-ce que ça ne vaut pas, finalement, davantage le coup ?

Comme on l’a vu plus haut, la notion de valeur est subjective et appartient au ressenti de chacun. A vous donc de décider et d’apprécier, en votre âme et conscience. You decide, you’re the master of your destiny! Ok, j’en fais peut-être un peu trop…

Me tourner vers une mode plus responsable est devenu une évidence à partir du moment où j’ai fait tomber mes œillères en me grattant l’oreille (comme quoi, ça peut arriver à tout le monde). À partir du moment où j’ai commencé à me baser sur la valeur des choses et non plus sur leur prix. Un vêtement fabriqué en France, par exemple, a pour moi un sacré supplément d’âme. D’abord parce qu’il est fabriqué tout près de celui qui l’a imaginé, voire par celui qui l’a imaginé lui-même. Cette proximité me plaît beaucoup, elle est synonyme d’une implication du créateur. Ensuite il y a le savoir-faire et le temps de celui qui confectionne, de l’artisan. Je sais qu’il bénéficie de bonnes conditions de travail et qu’il a même la possibilité de s’arrêter prendre un bon café quand l’envie lui prend. Il y a aussi cette volonté de « faire le mieux possible » qui m’inspire, de s’accrocher à la qualité, alors que l’industrie de la mode aujourd’hui l’a laissée un peu de côté au profit de la quantité. Je trouve ça beau. La qualité du vêtement que j’achète fait aussi que je m’y attache peut-être un peu plus, et que je sais qu’il me suivra plus longtemps.

Le temps, la passion, l’amour même… je suis prête à valoriser tout ça !

Et vous, est-ce que vous vous êtes gratté l’oreille ? Est-ce que vous connaissez la valeur des choses ?

Céline

Le prix de tout et la valeur de rien - mode ethique

Le prix de tout et la valeur de rien - mode ethique


Robe Scarlet Roos (ancienne co), fabriquée en France.


Le prix de tout et la valeur de rien - mode ethique

Le prix de tout et la valeur de rien - mode ethique

Le prix de tout et la valeur de rien - mode ethique

Si vous avez apprécié la lecture de cet article, partagez-le :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Références   [ + ]

1. Si l’envie vous prend de combler vos lacunes, allez donc voir cette jolie vidéo de la très chouette marque de denim suédoise Nudie Jeans qui propose des jeans en coton bio. De la récolte du coton jusqu’à l’emballage, on se rend bien compte que notre jean préféré est passé entre de nombreuses mains avant d’arriver jusqu’à nous !

5 commentaires sur “Le prix de tout et la valeur de rien

  1. Coucou de coeur pour cet article à la fois éthique, Avec une vraie morale et drôle !
    Laetitia

  2. Woooow .. Je suis subjuguée par cet article ! Jamais lorsque j’achete quelque chose je me demande la valeur de l’objet.
    Certes je vois si ça « vaut le coup », s’il est un peu plus beau donc un peu plus cher pourquoi pas .. Mais finalement je ne me suis jamais vraiment posé de questions, et c’est hyper intéressant ..
    Franchement bravo, j’aime ce genre d’article pas dutout moralisateur mais qui pousse à la reflexion !
    Merci encore !

  3. Très bel article explicite qui mériterait d’être mis à l’évidence pour beaucoup ! Je faisais partie de ces personnes qui, mal informées, consommait (un peu trop à mon goût) des produits (de consommation de la vie courante dans l’assiette à mes habits aussi) puis, en rentrant dans mon activité où je travaille avec un partenaire qui a une éthique, des valeurs… Je me suis remise en question ! Alors, je l’avoue, je ne suis pas encore totalement « décrochée du systeme » mais je fais en sorte de me tourner vers des produits plus locaux, ou du moins plus respectueux de valeurs, mais aussi qui invitent à réduire la consommation… Par exemple dernièrement, une copine m’a « fait connaître » (je connaissais déjà mais mon opinion était différente, je pensais) le secours catholique de ma ville. J’y suis allée faire un tour et je me suis refais un bout de garde robe avec des vêtements de qualité pour 6€seulement. Alors la c’est une chose différente, oui, mais pour moi ça contribue à ne moins engraisser les grosses marques et en même temps aider des gens dans le besoin tout en se faisant plaisir =) si j’avais gardé le même état d’esprit qu’il y a quelques années, je n’y serais jamais allée, me disant que j’ai de quoi me payer des vêtements de chez h&m ou Zara mais quand je porte ces vêtements maintenant , ils ont une valeur pour moi, une valeur différente à un achat dont j’aurais fais sans penser à ce qu’il se cache derrière…
    En tous cas merci pour ce très bel article !

  4. Hello ! Très bel article 🙂 J’aime beaucoup ton blog, merci ! J’ai une petite question: je consomme éthique et je suis complètement convaincue de tes propos et de mes choix. En revanche je suis souvent « challengée », par exemple au travail, sur mes choix et j’ai parfois du mal à trouver des sources objectives pour les convaincre. Par exemple, une collègue me demande si Zara c’est éthique et comment je sais que cela ne l’est pas: pour moi c’est une évidence (déjà au prix du produit, comme tu l’expliques), mais j’aimerais parfois orienter mes interlocuteurs vers de ressources type reportage ou articles. Est-ce que tu aurais des idées ? C’est marrant parce qu’en mode éthique on souligne toujours les bonnes initiatives (ce qui est rare dans notre société et que je trouve super) mais du coup je ne trouve pas d’articles sur les marques « non éthiques » Merci!!!

    1. Merci beaucoup Charlotte pour ces petits mots qui me touchent beaucoup ! Je suis toujours contente de voir que nous sommes de plus en plus à nous poser des questions et à regarder au-delà de notre bout du nez ! Je suis partisane d’ouvrir les consciences par la connaissance, et je trouve que c’est super que tu cherches de quoi documenter tes propos auprès des autres !

      Le collectif international « Fashion Revolution » milite pour une mode responsable et enquête beaucoup sur les travers de l’industrie de la mode. Ils ont notamment publié cette année le rapport « Fashion Transparency Index » qui classe les 100 plus grands groupes mondiaux sur la transparence de leur politique éthique (ici : https://issuu.com/fashionrevolution/docs/fr_fashiontransparencyindex2017?e=25766662/47726047). Sur la toxicité des vêtements, tu as aussi le rapport Greenpeace « Les dessous toxiques de la mode » (ici : https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2017/02/Les-dessous-toxiques-de-la-mode_2012.pdf?_ga=2.110247363.731519138.1498831863-992964865.1498831863).

      En termes de reportage, il y a le très beau reportage « The true cost » de Andrew Morgan qui met en évidence les problèmes éthiques, environnementaux et sanitaires des pratiques de la fast fashion. Tu as le reportage « Le monde selon H&M » diffusé sur Canal+ qui dégomme les jolies promesses éthiques prônées par la marque en faisant une vraie enquête de fond (ici : https://www.youtube.com/watch?v=vt23XMTjl74). Pour ta collègue fan de Zara, H&M est l’une des marques de la fast fashion qui fait le plus d’efforts, donc il faut imaginer à quoi ça ressemble chez les autres après le reportage… Sur la toxicité des vêtements pour ceux qui les fabriquent et qui les portent, j’avais vu ce reportage d’Envoyé spécial aussi : https://www.youtube.com/watch?v=4iEEDsU7YX8&feature=youtu.be

      Ça t’en fait des choses à potasser ! J’espère pouvoir t’être utile 🙂
      A très vite,
      Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *