Les 6 piliers de la mode éthique, ou la charte de la lookée consciencieuse

Voilà des années maintenant que je m’intéresse à une mode plus éthique et plus responsable. Cet intérêt grandissant et progressif ne m’a cependant pas empêchée de faire de nombreuses virées dans les grandes enseignes que tout le monde connaît (mea culpa). Les soldes étaient d’ailleurs une bonne excuse pour faire les magasins « sans se ruiner ». Je me rendais bien compte qu’il y avait quelque chose d’anormal dans le fait d’acheter un jean à 30€, mais la perspective de faire une bonne affaire estompait les cris de ma conscience. Je me félicitais même parfois d’avoir été « raisonnable »…

Raisonnable. J’ai justement commencé à l’être quand le fait même de faire des économies sur le dos d’autres personnes ne m’a plus du tout enthousiasmée. Du jour au lendemain, de manière totalement autoritaire, j’ai décidé : c’est fini ! Fini la surconsommation, fini les œillères, fini le nombrilisme. Je n’achèterai plus désormais que des pièces dont l’ét(h)iquette me convient.
J’avais suffisamment de fringues, à ne plus savoir quoi mettre. Il me suffisait donc de cibler mes achats, en fonction de mes besoins et de mes coups de cœur, en respectant ma « charte de la lookée consciencieuse ». Cette charte s’appuie sur six grands principes, votés à la majorité absolue avec mon âme et ma conscience. Pour figurer dans mon panier, les vêtements doivent pouvoir se targuer d’au moins une des qualités suivantes :

1. Fibre textile éco-responsable

La mode est aujourd’hui la deuxième industrie la plus polluante au monde pour ce qui est de l’impact sur l’environnement, derrière la pétrochimie1Danish Fashion Institute 2015. L’usage des fibres synthétiques issues des hydrocarbures (polyester, élasthanne et autres joyeusetés), qui représentent une large majorité des fibres utilisées dans le secteur de la mode aujourd’hui, en est en partie responsable mais pas seulement. La faute est également à imputer aux nombreux traitements chimiques entrant dans le processus de fabrication des vêtements, qui viennent polluer les eaux et s’infiltrent dans les sols. Ces traitements des tissus sont souvent toxiques et, en plus de causer de sévères dommages sur la santé des travailleurs, pourraient également être responsables de problèmes de santé pour ceux qui les portent.
Certaines fibres ne requièrent pas de tels traitements polluants, ou sont labellisées selon un cahier des charges strict interdisant leur usage. Les fibres qui, selon moi, sont à privilégier sont : le lyocell (ou Tencel®), le chanvre, le lin et le coton bio2Si vous voulez avoir une vision claire et concise des différentes fibres utilisées dans l’industrie textile, je vous suggère d’aller faire un tour sur ce super article du blog Happy New Green (une Bible en matière de mode éthique, pour ceux qui ne connaîtraient pas déjà)..

2. Ethique

Chaque vêtement que vous possédez a été fabriqué par un être humain. Qu’il s’agisse de votre grand-mère, d’une tisseuse indonésienne ou d’un enfant au Bangladesh. Sachant cela, libre à chacun de décider (toujours avec son âme et sa conscience) si ce jean à 30€ est bien raisonnable. Je soutiens désormais les marques qui ont choisi de travailler avec des usines accordant un niveau de salaire et des conditions de travail humainement raisonnables à leurs ouvriers.

3. Fabriqué en France

Pourquoi importer des vêtements fabriqués à l’autre bout du monde, quand la production et le savoir-faire existent bel et bien dans notre pays ? La France regorge de marques pouvant se vanter d’être 100% tricolores, du design à la conception. Acheter français et ainsi soutenir un savoir-faire local, c’est favoriser la création, maintenir l’emploi, réduire son impact sur la planète en limitant le transport… c’est contribuer à un pays plus heureux, non ?

4. S’inscrit dans le mouvement de la « Slow fashion »

La fast fashion, vous connaissez ? C’est un phénomène relativement moderne qui consiste à anticiper vos envies. Les vêtements existent dans les magasins avant même que vous y ayez pensé. Mais comment les marques font-elles pour nous comprendre à ce point me direz-vous ? Elles renouvellent leurs collections plus de huit fois par an en moyenne (voire de manière quasiment hebdomadaire pour certaines) et investissent des millions dans des campagnes marketing qui créent le besoin. C’est un peu le monde à l’envers : on produit d’abord, et on crée l’envie ensuite… Le mouvement de la « Slow fashion » remet selon moi les choses dans le bon ordre et s’évertue à limiter le gaspillage lié à une production effrénée. Dans ce mouvement se retrouve tout un panel d’acteurs : e-stores et boutiques de seconde main, location de vêtements, collections capsules ou en très petites séries…

5. Soutient une cause

Certaines marques ont choisi de contribuer à un monde meilleur en participant financièrement et/ou activement à de jolis projets sociaux ou environnementaux. Education ou équipement de jeunes enfants défavorisés, réinsertion de victimes de violences, reforestation, défense des océans… chacun peut s’y retrouver tant le choix est vaste !

6. Respect des animaux

J’évite autant que faire se peut les fibres naturelles provenant d’animaux. Nos connaissances étant souvent restreintes sur la souffrance animale associée à l’industrie textile, je vous propose d’aller rendre visite au site de l’association PETA pour en savoir davantage sur l’industrie du cuir ou sur le commerce de la fourrure, ou encore cet article très documenté du blog Antigone XXI sur l’industrie de la laine. Rien de mieux que la connaissance pour agir en conscience.

Et vous, à quoi ressemble votre « Charte de la lookée consciencieuse » ? Y a-t-il une hiérarchie dans la vôtre ? Je serais curieuse de le savoir…

Céline


Robe Asos eco-friendly, coton biologique


 

Si vous avez apprécié la lecture de cet article, partagez-le :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Références   [ + ]

1. Danish Fashion Institute 2015
2. Si vous voulez avoir une vision claire et concise des différentes fibres utilisées dans l’industrie textile, je vous suggère d’aller faire un tour sur ce super article du blog Happy New Green (une Bible en matière de mode éthique, pour ceux qui ne connaîtraient pas déjà).

1 commentaire sur “Les 6 piliers de la mode éthique, ou la charte de la lookée consciencieuse

  1. Super article ! La mode responsable doit devenir la norme.
    Je travaille actuellement chez @Modestologie, nous utilisons des textiles naturels (coton bio, lyocell) en revisitant des classiques. Tout ça en respectant TOUS les travailleurs + en offrant un pricing transparent.
    N’hésite pas à faire y jeter un oeil 🙂
    https://www.modestologie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *