Bilan lecture #5

bilan lecture

Me voilà de retour avec un nouveau bilan lecture ! Pas brillant-brillant, je vous le dis tout de go… À part un véritable chef d’oeuvre que j’ai pris le temps de savourer, je n’ai vraisemblablement pas eu trop de nez pour choisir mes dernières lectures !

C’est l’hécatombe au niveau des notes, vous allez vous dire que je suis sévère… Mais que nenni ! Allez donc jeter un œil aux autres bilans lecture, vous y ferez de belles découvertes et vous verrez que je distribue des bonnes notes à foison ! Mais là… N’hésitez pas à me dire dans les commentaires si vous partagez mon avis sur ces lectures, c’est toujours un bonheur d’en discuter avec vous !

Réveillez-vous, femmes divines

Véronique de la Cochetière

Véronique de la Cochetière est sage-femme de formation, organisatrice de cercles de femmes, et pratique l’ostéopathie pelvienne – du périnée. Son message est le suivant : pour s’épanouir en tant que femme, il faut réparer ses blessures. Pour cela, elle propose de faire la paix avec ses parents et les erreurs qu’ils ont pu commettre, puis de faire la paix avec ses monstres, ces événements traumatiques de la vie qui nous marquent à jamais sans cicatriser. Ce travail à faire sur soi-même, accompagné d’une connaissance approfondie de son corps, est la condition sine qua non pour se réaliser pleinement et transmettre du positif autour de soi.

♥  Mon avis : Les connaissances et la transmission de l’auteur, surtout en ce qui concerne l’importance et le travail du périnée, sont précieuses. Elles donnent également quelques conseils sur l’accouchement qui peuvent s’avérer utiles. L’auteur parle humblement de sa pratique de l’ostéopathie pelvienne dont j’entendais parler pour la première fois et qui a suscité chez moi un vif intérêt. C’est une pratique très intéressante que je vous invite vivement à creuser.

Si la note que j’attribue à ce livre n’est cependant pas plus haute, c’est que j’ai la chance immense de ne pas en avoir eu besoin pour faire la paix avec les erreurs de mes parents et mes monstres. J’ai la chance de ne pas avoir un cœur blessé qui m’empêche d’avancer, parce que j’ai déjà fait ce travail, et qu’il était léger. Ce livre ne m’a donc pas tant apporté et ne restera donc pas dans ma bibliothèque de livres chers. Tant mieux d’ailleurs, il s’agit d’un livre à faire transiter de femme à femme. Je l’ai reçu d’une amie en Thaïlande, et je l’ai confié à mon tour à ma belle-maman qui pourra, si elle le souhaite, le transmettre à son tour.

Ma note: 3/5

***

Mère

Laurent Huguelit

Laurent Huguelit, chaman et écrivain, se rend au Pérou pour effectuer trois jours et trois nuits de purge au sein de la forêt amazonienne, accompagné par des chamans de la « selva ». Dès les premières incantations, la forêt amazonienne, la Madre, la mère de tous les êtres, s’adresse à lui. Il devra porter son message à tous les hommes et transmettre ses leçons à travers un livre. La forêt a des choses à nous dire et des enseignements à faire passer. Elle souffre, elle étouffe, elle voit le vivant disparaître sous l’avidité générale. Il est grand temps que l’Homme se répare pour que le nature se répare à son tour.

♥  Mon avis : Mère est incontestablement un livre de développement personnel, dans lequel se mêlent pas mal de spiritualité et un soupçon de poésie. Il y a quelques notions fortes et de très bonnes idées que je retiens et garde précieusement, voire que je souhaite à mon tour transmettre. Beaucoup de rappels élémentaires des 4 accords toltèques de Dom Miguel Ruiz que je considère comme une œuvre incontournable et qui a eu un immense impact sur ma vie, et énormément de références littéraires, sociologiques, ethnologiques et cinématographiques.

C’est assurément un livre d’intellectuel écrit pour des intellectuels avec, pour illustrer mon propos, pas moins de 8 occurrences du mot « égrégore ». Pour ceux qui, comme moi, n’avait pas eu la chance de tomber sur ce mot une seule fois en 29 ans, vous vous coucherez moins bêtes ! C’est principalement ce qui m’a gênée dans cette lecture, que j’ai d’ailleurs trouvé très laborieuse. Pour tout vous dire, j’ai même fait une pause dans la lecture pour le livre de Véronique de la Cochetière, ce qui ne m’arrive quasiment jamais (à mettre sur le compte d’un respect un peu obsessionnel pour les livres que j’ai l’impression de trahir – chacun ces névroses). D’ailleurs, quelle coïncidence : ces deux livres délivrent exactement le même message sous deux angles totalement différents : pour être mère (l’auteur qualifie de « mère » toute personne qui crée) et créer le positif, il faut un cœur pur et guéri de ses blessures.

Laurent Huguelit aurait pu selon moi aller davantage à l’essentiel et tourner moins en rond autour des concepts et des idées. J’avais parfois l’impression qu’il voulait étayer ses propos plus que de raison, au lieu de simplement laisser l’idée éclore et faire son chemin. C’est peut-être ça : à trop vouloir nous accompagner dans l’interprétation et l’appropriation de l’idée, il m’a perdu. J’aurais voulu des mots plus épurés (pour lui qui cherche la pureté !) qui touchent et pénètrent davantage, sans enluminures ni fioritures.

La lecture de Mère a toutefois fait naître en moi une affection accrue pour les arbres que je rencontre. Je les salue quand je les croise, et caresse l’écorce de ceux qui m’interpellent.

Ma note: 3/5

***

The old man and the sea

Ernest Hemingway

Version française : Le vieil homme et la mer

Santiago est un vieux pêcheur à la peau marquée par le soleil. Il connaît la mer mieux que personne. Il part un matin avant l’aube et décide de s’éloigner des côtes de La Havane pour espérer attraper quelque chose. Voilà des semaines qu’il ne pêche plus aucun poisson. Le miracle arrive : un gigantesque marlin mord à l’hameçon. Santiago est traîné par son poisson sur des kilomètres, il est infatigable. Une lutte à mort pleine d’amour qui durera 4 jours.

♥  Mon avis : Je le savais avant de le commencer, The old man and the sea a été un véritable coup de cœur. J’avais beaucoup aimé Pour qui sonne le glas et L’adieu aux armes, et j’avais beaucoup accroché avec la plume fluide, pleine et chaude et Heminwgay. Je savais que je ne serais pas déçue et que je pouvais lui faire confiance, en partie parce que ce court roman est celui qui lui a valu le Prix Nobel en 1954. Je suis très heureuse de l’avoir lu en version originale, une façon pour moi de véritablement avoir accès à l’âme de l’auteur.

C’est un roman plein d’amour et de poésie. Je l’ai lu avec lenteur et délectation, j’ai relu et surligné des passages que je trouvais beaux. Vraiment, si vous souhaitez une petite bulle d’extase dans cette période un peu compliquée, je ne peux que vous conseiller cette lecture.

Je peux aussi vous conseiller de visionner le magnifique documentaire Jago, a life under water, qui suit Jago, un vieux pêcheur-plongeur dans les eaux turquoises de l’Indonésie. J’ai beaucoup pensé à lui pendant ma lecture.

Ma note: 5/5

***

L’envie

Sophie Fontanel

Sophie Fontanel raconte par bribes et tranches de vie son choix libérateur de l’abstinence sexuelle.

♥  Mon avis : J’ai commencé ce livre sans a priori et sans même savoir de quoi il traitait. Je voulais simplement découvrir cette autrice dont j’avais beaucoup entendu parler, et j’ai choisi ce titre au hasard dans sa bibliographie.

J’aime assez son style plutôt moderne, et c’est ce qui la sauve. J’ai aussi aimé la découpe du livre en tranches de vie, parfois assez poétiques, un peu comme un recueil de poèmes en prose. J’essayerais donc un autre de ses livres pour me faire une idée plus exacte, comme Grandir, Une apparition ou Nobelle qui m’ont été conseillés par plusieurs d’entre vous.

Ce que je n’ai pas aimé, c’est le ton du livre, que j’ai trouvé suffisant, voire méprisant. J’avais l’impression que si j’étais heureuse avec une vie sexuelle épanouie, c’est que je n’avais rien compris, que je répondais aux codes, que je donnais ce que l’on voulait de moi, que je n’étais pas libre. Ce ton un peu dogmatique, presque acharné, m’a tellement déplu !

C’est évidemment intéressant. Parce que le choix de l’abstinence sexuelle semble anormal, dans le sens où il sort de la norme. On a donc envie de penser à une blessure non réparée et à guérir, et donc de lui conseiller des lectures ou un travail sur ses monstres pour l’aider. Or, bien sûr, c’est un choix intime et totalement personnel, qui se trouve justifié dès lors qu’il est le choix de quelqu’un.

On constate d’ailleurs que les personnes qui l’entourent essayent elles aussi de lui faire changer d’avis et émettent un jugement sur ce choix personnel, et ce ton de justification pourrait donc, dès lors, s’expliquer. Mais paradoxalement, il entraîne de la part de l’autrice le même jugement dédaigneux sur les pratiques qui ne sont pas les siennes… Si son choix est fait en liberté et en conscience, pourquoi celui des autres ne le serait-il pas ? Le message de liberté d’être et d’agir qu’elle essaye de prôner est donc totalement invalidé par son propre ton et son propre schéma de pensée !

Ma note: 3/5

***

Kilomètre Zéro

Maud Ankaoua

Maëlle, co-gérante parisienne d’une start-up en pleine expansion, avec une vie à 100 à l’heure et au bord du burn-out, se rend un matin au rendez-vous nimbé de mystère de sa meilleure amie. Romane lui annonce qu’elle est atteinte d’un cancer et qu’elle a une mission de la plus haute importance à lui donner. Pour sauver son amie, Maëlle se rend aux confins de l’Himalaya malgré son emploi du temps incompressible. Un voyage initiatique vers le bonheur.

♥  Mon avis : J’ai rechigné à le terminer, je l’ai lu avec peine et j’ai failli abandonner plus d’une fois. Le cadre est posé !

Je crois que je ne suis pas faite pour les livres qui mêlent roman et développement personnel. Ce mélange des genres n’a conduit qu’à un très mauvais roman avec des personnages mal dégrossis et sans nuances, une intrigue sans surprise et des dialogues tout à fait improbables. En plus de ça, je trouve que le choix du roman noie le message du livre et dessert sa portée éducative. On n’a donc, selon moi, ni un bon roman, ni un bon livre de développement personnel…

Et c’est dommage, car je suis fondamentalement d’accord avec les messages délivrés dans le livre. Ils reprennent, entre autres, les enseignements des 4 accords toltèques (encore lui !), de La maîtrise de l’amour et du Pouvoir du moment présent que je vous détaillais parmi les livres qui ont changé ma vie. Je suis donc quelque part un peu rassurée de savoir que c’est un succès de librairie ! Si ces idées et réflexions ont pu s’acheminer à un public plus large grâce à ce genre littéraire qui d’ordinaire plaît beaucoup, tant mieux. Mais, définitivement, ce n’était pas pour moi !

Une autre petite chose qui m’a sacrément agacée : la fâcheuse manie de l’autrice de valider ses leçons spirituelles par un simulacre de Science. J’ai horreur de ça. Elle use et abuse des principes de la physique quantique pour démontrer ses croyances, en donnant la parole aux personnages qui sont censés détenir une parole d’autorité indémontable conférée par leur statut d’éminents scientifiques. Pour ce faire, elle établit des corrélations bancales entre phénomènes quantiques ou démonstrations scientifiques et croyances. Dommage, parce qu’elle invalide de fait la légitimité de sa propre croyance et de ses leçons.

Ma note: 2/5

Alors, quels sont vos derniers coups de cœur livresques ? Que lisez-vous en ce moment ?

*** Céline ***

Si vous avez apprécié la lecture de cet article, partagez-le :

4 commentaires sur “Bilan lecture #5

  1. Je lis les mémoires de Maya Angelou après avoir dévoré La supplication, Sorcières et Le secret de Lady Audley, autant de livres qui m’ont marquée, chacun dans leur genre. Je suis contente en ce moment mes choix de lecture sont plutôt à mon goût 🙂Je ne suis pas forcément tentée par les livres cités dans cet article (j’ai déjà lu Le vieil homme et la mer) mais me laisserait bien tenter par ceux que tu cites comme t’ayant beaucoup influencée. En tout cas merci pour cet article !

  2. Merci pour ce bilan , j’ai ajouté le premier dans ma pile à lire, il a l’air chouette!

  3. Hello ! Merci pour ce petit article, super intéressant ces articles que tu fais sur les livres j’apprécie beaucoup et je te suggère d’en faire d’autres.
    J’ai une page instagram (nohore) dans laquelle je mets quelques livres conseillés et les commente comme tu le fais ça te donnera de bonnes inspirations pour tes prochaines lectures avec un peu de chance.
    Enfin si tu cherches un super livre à lire : La nuit des temps de Barjavel 😉

  4. je lis « vous n’aurez pas ma haine  » de antoine Leiris qui raconte l’histoire du quotidien d’Antoine et de son fils qui perd sa femme au bataclan le 13 novembre 2015. Je viens de commencer mais trés bien écrit.
    merci pour ces partages de lectures !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *