J’y crois encore

faillite Made & More

J’ai été quelque peu absente ces derniers temps. J’ai choisi de profiter au maximum de ma famille pendant les fêtes de Noël, mais même comme ça le temps m’a filé entre les doigts ! C’est toujours beaucoup trop court.

J’ai eu beau m’éloigner des réseaux sociaux et du blog, je n’ai pas pu passer à côté de deux terribles nouvelles : la faillite de Made & More et la fermeture de Hylla Penderie à quelques jours d’intervalle. Deux marques de mode éthique qui mettent la clef sous la porte. Deux marques justes, transparentes et innovantes. Deux marques dont l’objectif était de rendre la consommation plus belle et consciente afin d’impacter positivement notre société polluée par les campagnes marketing et croulant sous les injustices.

Ces deux nouvelles m’ont brisé le cœur. Je croyais profondément en leurs valeurs et en leur projet. Made & More fabriquait en petites séries de très jolies collections made in France avec des fibres écoresponsables, et Hylla Penderie proposait des vêtements vintage à la location. Deux beaux projets, aussi beaux sur la forme que sur le fond.

Crier à l’injustice

Mon premier réflexe a été de crier à l’injustice. C’était injuste, beaucoup trop injuste.

Alors c’est comme ça ? Ce sont ceux qui agissent pour le bien de tous qui doivent fermer boutique ? Ceux qui font des efforts ? Pouah, ça me révoltait.

Made & More par exemple, représentait la mode éthique comme je l’aime : douce, écoresponsable et engagée. Rien n’était laissé au hasard : le choix des matières, les ateliers de confection, la communication raisonnée. Et pour proposer des vêtements fabriqués sans souffrance à un prix juste et acceptable, irrémédiablement, il fallait réduire les marges.

Je vous parlais du prix, de la marge et de la valeur ici : la marge, c’est ce qui permet de donner au créateur le petit bonus qui le fera grandir. C’est un peu le tips accordé au serveur souriant. C’est ce que l’on accepte de donner pour soutenir un projet, une esthétique ou une coupe.

Aujourd’hui, ce sont les marques qui s’astreignent à la transparence et qui recherchent par tout moyen à limiter leur impact carbone ou à valoriser les savoir-faire qui ont les marges les plus faibles. Les marques qui veulent prouver qu’une autre façon de consommer est possible et tout aussi enthousiasmante ont peu de leviers d’action. C’est injuste.

A côté de ça, les marques de fast fashion s’en mettent plein les poches. Elles exploitent l’Homme et la planète, ne remettent pas en question un système qui va droit dans le mur. Et elles ont droit au pourboire pour le sourire ! Non, vraiment, ç’en était trop…

La loi du marché

Et puis je me suis rappelé une chose : il n’y a pas d’injustice dans le commerce, seulement la loi du marché. L’offre et la demande.

Les entreprises qui survivent et prospèrent sont celles dont l’offre répond à la demande, rien de plus. Si Made & More et Hylla Penderie ont mis la clef la sous la porte, c’est qu’il y avait un problème de correspondance entre ce que les marques proposaient et ce que leur cible recherchait.

C’est implacable et terrible hein ? Pourtant, c’est la triste réalité.

L’offre avait beau être juste, tendance, éthique, innovante et ambitieuse, les clients n’étaient pas au rendez-vous. Nous n’étions pas au rendez-vous.

Parce que nous ne sommes pas prêts à dire au revoir à Zara et à ses soldes qui vont remplir nos placards de vêtements que nous ne porterons jamais. Nous ne sommes pas prêts à acheter moins pour acheter mieux. Nous ne sommes pas prêts à valoriser l’effort et la bienveillance. Nous ne sommes pas prêts à changer le monde.

Mais j’y crois encore.

Responsables

Nous sommes responsables du système dans lequel nous vivons. C’est nous, consommateurs, qui avons le pouvoir sur qui vit et qui meurt. Acheter n’est pas anodin, c’est se positionner.

Préférer un jean à 100 € en coton bio et fabriqué en France à 3 jeans à 30 € fabriqués au Bangladesh dans des conditions épouvantables, c’est façonner la demande et envoyer un signal au marché. C’est déclarer que l’on ne cautionne plus une mode qui a perdu tous ses freins, et que l’on soutient au contraire une production plus raisonnée et supportable.

Je suis la première à dire qu’il ne faut pas culpabiliser, mais il ne faut pas oublier que le système ne changera pas sans nous. Que les grandes enseignes continueront de nuire tant que nous leur donnerons une excuse pour le faire. Et que les petites marques qui tentent de changer le monde continueront de mourir tant que nous choisirons de garder nos œillères.

A l’heure où tout le monde affiche ses bonnes résolutions pour la nouvelle année, je ne peux que vous suggérer de tendre vers une consommation plus responsable. Réserver une partie de son budget fringues pour des marques engagées, limiter les craquages pendant les soldes, trier sa garde-robe et se rendre compte que l’on a déjà bien assez… Il y en a des choses à faire en 2018 !

Il est temps d’être prêt, vous ne croyez pas ?

*** Céline ***

mode ethique espoir

Si vous avez apprécié la lecture de cet article, partagez-le :

Rendez-vous sur Hellocoton !

24 commentaires sur “J’y crois encore

  1. Et oui c’est un dur combat, de tous les jours même si la lutte est assez inégale entre les multinationales du vêtement et les autres. Il y a des niches à exploiter intelligemment.
    En fait, je dirais même qu’il vaut mieux s’adresser au consommateur en mettant l’accent sur ce qu’il cherche d’abord (couleur, confort, matière, coupe, originalité,style, …..) et ensuite montrer qu’en plus l’achat est éthique, responsable et durable justifiant un certain prix. Et non l’inverse ! Il n’y a qu’à regarder les mots clés tapés sous google et quels sont ceux les plus recherchés en volume ….
    En tout cas, l’escale des createurs essaie et va essayer de faire en sorte que le public achète davantage auprès de ses créateurs et artisans locaux. Bien à vous.

  2. Hello Céline !

    Je découvre ton blog seulement aujourd’hui, et ce billet a attiré mon attention :-).

    Ce que tu dis est tellement vrai : les consommateurs ne sont pas encore au rendez-vous de la mode éthique. On vit encore dans une société où on veut TOUT à faible coût, peut-être juste pour la satisfaction d’avoir, et ce, sans penser aux conséquences. Je dirais que cela reflète aussi l’individualisme caractéristique de notre système… Après, je peux comprendre, dans une monde où il y a du chômage, où 46% de la population ne paye pas d’impôts (ce qui en dit long sur la nature de leurs revenus)… qu’acheter de la mode éthique est inconcevable. Parce que c’est un choix : le choix de mieux consommer, mais surtout de moins consommer. De faire face à la frustration.

    La fast fashion a montré que le vêtement pouvait coûter 10 euros. Au temps de ma grand-mère, couturière, ça n’existait pas : les gens achetaient deux robes sur-mesure dans l’année. C’était suffisant. Reste que les consciences doivent s’éveiller… je crois que cela prendra du temps. Même les catastrophes n’ont un effet qu’à court terme, les gens oublient…

    Alors continuons d’y croire, d’agir. Peut-être qu’un jour, tout changera 🙂

    Belle journée !

  3. J’ai découvert ton blog il y a quelques jours, et pour lire un article comme celui-ci, je suis vraiment ravie de ma découverte ! Peut-être que « nous » n’étions pas prêts, pas assez nombreux à l’être, mais je suis persuadée que les choses ne peuvent aller que dans la bonne direction, car il n’y a pas alternative. Il a fallu que de chouettes petites marques comme Made&More ouvrent la voie et malheureusement essuient les plâtres, mais je suis sûre que dans 2 ans, 5 ans (?), on aurait été au rendez-vous. Je crois que les mentalités sont en train de changer sur le sujet, mais c’était trop tôt pour qu’elles se synchronisent avec ce type d’initiatives. En attendant, à ma petite échelle, je vais continuer de m’améliorer, continuer de m’abstenir d’entrer chez Zara, de garder mon argent pour des achats choisis, et petit à petit, nous tous à nos petites échelles respectives, « on » fera changer le monde.

  4. Tout d’abord, je tiens à te dire bravo pour ce super article ! Je suis d’accord avec toi de A à Z et je trouve cela bien triste de voir des marques qui essayent de faire bouger les choses pour finalement se retrouver à être obligées de mettre la clé sous la porte. Comme toi, je pense que c’est injuste, et en même temps, c’est inévitable.
    Je vois de plus en plus de marques se lancer dans de beaux projets de mode plus éthiques, malheureusement je ne suis pas sûre que beaucoup de personnes sont réellement prêtes à sauter le pas et à remettre en question sa consommation.
    Cela m’attriste vraiment de voir cela, d’autant plus que la création et la mode font partis de mon métier. D’ailleurs, j’ai une petite anecdote à ce sujet : il y a plusieurs mois, j’avais lancé, avec une amie, une petite collection de lingerie entièrement fabriquée à la main par nos soins. On a du arrêter le projet car cela ne se vendait pas, soit disant « trop cher ». Bien évidement, il n’y a pas que ça qui rentre en compte, mais cette petite expérience montre bien que malgré tout le savoir-faire que l’on peut avoir, les gens préfèrent valoriser et soutenir les grosses machines plutôt que les petits créateurs… Actuellement, je réfléchis d’ailleurs pour me lancer à nouveau, seule cette fois-ci. J’avoue que cela me fait un peu peur quand je vois que la technique, la création et le made in France n’ont pas tant d’importance que ça aux yeux des consommateurs (en général j’entends) mais bon, je reste optimiste et je croise les doigts pour un avenir plus éthique ! 🙂
    Merci encore pour ce bel article !
    Bisous

  5. Hello !
    J’ai également été attristée par la faillite de Made & More 🙁
    Tu expliques/relates très bien la situation du monde de la mode, c’est un très bel article!

    Heureuse année 2018!

    Mélanie

  6. Oh nan ! Quel dommage. :S c’est trop triste

  7. Un article tellement vrai. Je n’ai pas encore fait ce pas vers la mode éthique mais c’est l’un de mes objectifs de cette année. En revanche je n’achète quasiment plus rien ou alors très peu et j’essaie de privilégier ce dont j’ai vraiment besoin. J’essaie d’acheter d’occasion aussi, je trouve que c’est un petit geste déjà.
    Aussi, je suis complètement d’accord avec le fait que nous, consommateurs, avons un réel pouvoir. Et je suis contente de voir que petit à petit j’éveille des consciences autour de moi vers un certain changement. Ça se fait petit à petit, chacun à son rythme. J’y crois 🙂

  8. Hello,

    Ton article me motive pour être plus consciente dans mes choix. Je suis déjà engagé à renoncer aux cosmétiques toxiques et ce serait mentir si je disais là tout de suite que je ferai de même pour les vêtements.Ton article m’a permis de comprendre l’impact et c’est le plus important. Savoir quand j’achète en boutique H&M ou Zara qui sont les personnes qui produisent ces vêtements pas chers.Au fur et a mesure je poserai une conclusion et ferait un nouveau choix. Merci ! xx

  9. C’est vraiment deux triste nouvelle. Je n’avais encore jamais tester ces marques mais j’en ai entendu parler (en bien).
    C’est vraiment dommage et injuste comme tu le dit.

  10. J’ai tout de suite pensé à la loi de l’offre et de la demande en commençant à lire ton article. C’est triste mais le pouvoir est du côté du portemonnaie des acheteurs et non du marché ! Eux ils ne font que profiter des « besoins » finalement…
    Personnellement, je ne sais jamais où me placer, je ne suis pas du tout une grande consommatrice, mais j’avoue que quand je veux m’acheter quelque chose j’ai beaucoup de mal à concevoir dépenser tant d’argent pour un vêtement. Alors que je comprends tout ce qu’il y a derrière et que j’aimerais que tout soit plus éthique ! (paradoxalité bonjouuur) Mais je me demande s’il ne doit pas y avoir une vraie phase intermédiaire évolutive pour réussir à y venir ?

  11. J’ai entendue parler de Made & More, même si je ne connaissais pas vraiment leurs produits c’est vraiment dommage que des marques comme celles-ci mettent la clé sous la porte… Une si belle éthique !

  12. Je comprends ton point de vue, dans l’absolu, c’est vraiment dommage que des personnes qui mettent toute leur âme pour défendre une cause juste ne soit pas récompensées.
    D’un autre côté, là où il ne faut pas culpabiliser, c’est qu’acheter un jean à 100 euros ce n’est pas possible pour tout le monde. De même que manger bio, ou manger sain. C’est horrible à dire mais souvent le frein que les gens rencontrent face à ces améliorations de leur qualité de vie, c’est le manque de moyens financiers.

  13. Je connaissais la marque Made&More, et j’avoue que ça me perturbe un peu. Je suis totalement d’accord avec toi, le problème est la consommation, mais surtout la surconsommation de tout et n’importe quoi. Je dis ça et pourtant j’ai encore du mal à ne pas craquer dans certaines enseignes… J’essaie de plus en plus de me tourner vers des petites marques ou des petites boutiques indépendantes. Je commence à préférer acheter moins mais de meilleure qualité, et si possible eco-responsable. La blogueuse et Youtubeuse Coline a sorti une marque de prêt à porter qui respecte tous tes engagements ! Je trouve ça bien qu’elle ait pris l’initiative, ça prouve qu’elle est en accord avec les valeurs qu’elle partage dans ses vidéos ! 🙂

  14. Je ne connaissais pas du tout ces marque mais en effet c’est bien dommage .. je me tourne également vers des marques plus responsable mais plutôt en ce qui concerne la nourriture pour les fringues j’en achète rarement ^^

  15. Je te félicite pour ton article et je partage entièrement tes idées. Il faut diffuser ton article au maximum pour mercredi prochain (premier jour des soldes). Ton article fait écho à un que j’ai écrit suite au black friday dans lequel je disais stop au rabais, remises.

  16. Je te rejoins complètement « nous ne sommes pas prêts à dire au revoir à Zara ». Je l’avoue, je commence seulement à m’intéresser à la mode éthique. Certainement parce que jusqu’à il y a quatre mois je bossais dans le commerce de vêtements. Principalement pour des marques françaises mais qui n’ont de françaises que la société, certainement pas la fabrication et qui vendent du polyester !
    A plusieurs reprises j’ai essayé de postuler, notamment chez Ekyog, mais ils ont tellement peu de magasins que du coup les postes sont rares. Du coup, parce que j’en avais marre de vendre de la m**** et parce que je n »en peux plus de voir comment on traite et on épuise les employés, j’ai complètement arrêté de travailler et je change de voie.
    Je me suis un peu étalée mais ton article me parle. En effet, en plus des raisons qui m’ont poussées à arrêter, il y a aussi ce manque d’éthique dans la fabrication qui me dérangeait.

  17. Très bel article ! C’est vrais que les petites marques ont dû mal et sa il y a que nous qui pouvons le changer ! Malheureusement trop peu de personne le font. Je préfère privilégier les petites marques qui souvent sont même beaucoup mieux. Et qui ne prenne pas des marges de folie !!! Surtout que pour beaucoup de marques le produit en lui même est le même juste le packaging change! Que sa soit produits beauté ou soins !

  18. Très bel article et d’accord avec toi ma belle. Il faudrait davantage privilégier les petites marques et penser au côté humain ! Plein de bisous <3

  19. Très bel article ! Je suis totalement d’accord avec toi sur le fait que pour changer les choses, c’est à nous de prendre nos responsabilités, mais c’est difficile comme tu dis de ne pas craquer chez Zara quand on reçoit des offres alléchantes tous les mois !! Je suis persuadée que cela va changé, il faut surement encore un peu de temps en espérant que cela ne soit pas trop tard.. Belle journée à toi

  20. Un très bel article. Tout comme toi j’ai été attristée par ces nouvelles mais j’y crois encore tout en étant lucide. Comme tu le dis il faut aussi réfléchir à sa cible. Je crois que pour porter de la qualité (produit et humain) il faut aussi accepter de mettre le prix parfois. Accepter que ces entreprises qui souhaitent changer le monde puissent vivre de leur activité, avoir un bénéfice, pour par la suite se permettre de baisser leur prix parce que l’entreprise roule. Car hélas un service éthique et responsable ne pourra jamais lutter contre des grandes firmes en ce qui concerne les prix/tendances et cela peu importe le modèle …

  21. Je me rends compte de plus en plus que j’ai arrêté les craquages intempestifs & non réfléchis !
    Je commence à remettre en question ma consommation, et je pense plus écoresponsable donc ton article me parle beaucoup & je trouve ça dommage que des marques éthiques ferment leur portes 🙁

    Bisous & Bonne Année ma Belle x.

  22. Made & More a fermé ???? Je suis trop choquée ! Je devais collaborer avec eux… je n’ai même pas été mise au courant… je suis totalement d’accord avec toi, je préfère prévilegier les petites marques qui respecte le travail de tout le monde.. j’espère que cela ne sera que temporaire… Des bisous 😘

  23. Tout à fait d’accord avec toi ! Je suis triste aussi que Made & More mette la clé sous la porte, j’aimais vraiment bien leur éthique et leurs vêtements 🙁

  24. Un mélange de frissons et colère. Lorsque j’ai reçu le mail d’Hylla Penderie il y a quelques semaines, j’ai un peu eu le même sentiment que toi : l’envie de crier à l’injustice.
    Comme dans chacune de tes posts sur ces sujets éthique, tes mots sont justes et tellement percutants.
    Merci ! Vraiment, merci pour ce post, je vais m’empresser de le partager sur ma page Facebook.
    A bientôt,

Commentaires fermés.